Honfleur port logistics, du vin au e-commerce

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Aucune note attibuée

L’un des leaders français de l’export de vin et spiritueux se trouve, sur le port de Honfleur. Même si, conjoncture économique oblige, l’entreprise mise aujourd’hui sur le commerce en ligne  » Ça entre, ça sort, le taux de rotation moyen des marchandises est d’à peine une semaine », commente Bruno Ruppé, directeur d’Honfleur port logistics. Dans l’immense entrepôt de 18 800 m2 situé sur les hauteurs d’Honfleur, à quelques encablures de la Seine, les chariots de manutention déplacent des palettes de cartons entreposées jusqu’au plafond. Après une évolution de son activité, Eurologistics devient Honfleur port logistics (HPL) en 2011. 23 salariés y travaillent aujourd’hui.  » Les vins et spiritueux concernent 60 % de notre activité d’import/export », détaille Bruno Ruppé, avec les produits cosmétiques et parfums.  » Tous ces produits sont fragiles », détaille François Maurey, PDG d’Euro-Finances. Ce sont en effet  » de 100 000 € à plusieurs millions d’euros qui peuvent partir en un container », renchérit Bruno Ruppé. Pour plusieurs jours, voire semaines de mer, jusqu’aux États-Unis, l’Asie ou les pays du Golfe.  » 50 containers peuvent partir chaque mois, soit 150 tonnes à 200 tonnes de produits par jour ». La situation géographique stratégique d’Honfleur port logistics (au carrefour de l’estuaire de la Seine, des autoroutes vers l’Espagne et Paris) permet aussi à l’entreprise de jouer la carte de l’import.  » On reçoit des containers entiers d’un produit qui arrive par la mer, détaille François Maurey. On les dispatche ensuite en plus petites quantités dans différents containers que l’on fait partir par la route dans toute la France, voire au-delà, jusqu’aux magasins des clients ». Doivent-ils craindre le projet de pôle logistique au pied du pont de Normandie, dont le permis de construire vient d’être accepté ?  » Je suis sceptique sur l’opportunité de cette réalisation, explique François Maurey. Au Havre, il y a plutôt aujourd’hui une baisse des besoins d’externalisation des entreprises, en cette période de crise ». C’est justement parce que la conjoncture économique est difficile,  » que la France n’est plus la seule à produire du bon vin dans le monde et que ce marché se tasse en Asie », que HPL prévoit de développer son activité de e-commerce. Et le commerce en ligne, lui, n’est pas prêt de se tasser. http://www.hplogistics.fr/
Ouest-France, 30 mars 2015, Virginie ÉNÉE

Retrouvez aussi dans cette rubrique

Aucune photo disponible Développement personnel au travail : comment en profiter pleinement ?

Le développement personnel est devenu un enjeu majeur dans le monde professionnel. Les entreprises modernes reconnaissent l’importance d’investir dans le […]

15 Jan 2024 à 15:31

Aucune photo disponible Blanchet : l’emballage bois renaît de ses cendres

Le 20 avril, un incendie a ravagé le stock de l’entreprise Blanchet à Avranches, leader national de l’emballage en peuplier […]

3 Juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Caen. Mutual Logistics accélère son développement avec l’acquisition de la société Logismark

Mutual Logistics accélère son développement et, s’affirme l’un des leaders de la mutualisation logistique en France avec la reprise des […]

3 Juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Inteva Products développe sa recherche à Esson

La communauté de communes de la Suisse Normande soutient le pôle recherche Acteur majeur de l’industrie automobile, Inteva Products a […]

3 Juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible La Galette d’Alençon goûte au succès

L’usine alençonnaise, située rue de Verdun, tourne bien : elle fabrique 50 000 crêpes et galettes par semaine Exit les […]

3 Juil 2019 à 01:00