L’histoire du transporteur Noyon en dates

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Aucune note attibuée

L’entreprise de transport et de logistique fêtait ses 180 ans samedi. L’occasion de rappeler l’histoire d’une société qui a su évoluer 1835. À 26 ans, Alphonse Noyon ouvre son atelier de menuiserie et d’ébénisterie à Cherbourg. Les affaires fonctionnent, les ateliers seront agrandis rapidement. 1890. Joseph, 2e génération de Noyon, a fait son entrée dans l’entreprise. La société fait de l’ameublement de navires de guerre et de commerce, elle travaille alors pour les arsenaux français et italien. 1900. La société se lance dans les travaux publics. Lors de l’exposition universelle de 1900, à Paris, l’entreprise reçoit une médaille d’argent et une de bronze. Les deux fils de Joseph arrivent dans l’entreprise en 1902. La 3e génération est en place. 14-18. Une usine de mécanique est aménagée rue Noyon. Cette usine participe à l’effort de guerre en construisant des cuisines roulantes destinées aux armées. L’effectif est de 75 salariés et 30 apprentis. 1937. On en est à la 4e génération. Parallèlement à l’activité aménagement de navires, le service déménagement se développe également. C’est l’époque des déménagements en voitures hippomobiles, de la Manche à Paris. Années 1950. L’entreprise commence à travailler avec Calberson, s’installe à Granville pour la desserte de la SNCF, Flers et Saint-Lô. 1975. Les activités d’ameublement des paquebots sont abandonnées. Noyon reprend l’agence Calberson à Caen et transfère son siège social dans cette ville. L’activité messagerie se développe.
1981. François Noyon prend la direction, poste qu’il occupe à ce jour. 1999. Construction d’un entrepôt de 12 000 m² à Mondeville. 2009. Coincée entre la gare et la Vire, Noyon a trouvé sa nouvelle adresse, et de l’espace, à Agneaux. 2010. Noyon se diversifie en ouvrant le complexe bowling – NJ fitness en 2010, promenade des Ports. 6 juin 2015. L’entreprise a fêté ses 180 ans devant environ 150 salariés. 296 salariés y travaillent, dont une centaine à Saint-Lô, et une autre centaine à Caen. Son chiffre d’affaire est de 38 millions d’euros. Ses activités sont orientées vers le transport, la logistique, l’international et le déménagement.  » C’est une entreprise qui reste solide », pour son PDG François Noyon. Quant à l’avenir, il est incarné par Romain et Jean Noyon. La 6e génération est aussi dans l’entreprise. La succession  » est en cours ». http://www.noyon.eu/
Ouest-France, 8 juin 2015, Christophe LECONTE

Retrouvez aussi dans cette rubrique

Aucune photo disponible Pont-Farcy. Spécialiste du recyclage, la société Affiliass veut se développer

Entretien avec Frédérick Jacquemont, directeur de la société Affiliass Je travaillais auparavant dans une collectivité territoriale en Alsace, un syndicat […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Recycler votre brosse à dents, une innovation au poil !

Installée à Beauvais depuis 170 ans, la Brosserie française joue la carte de l’innovation. Dernière idée en date : le […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Ter Beke acquiert – plus tôt que prévu – une participation minoritaire de 33% dans Stefano Toselli

Le 28 août 2015, Ter Beke et GSandamp;DH Holdings, l’actionnaire de la société Stefano Toselli, spécialisée dans la production de […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Valognes. Lemaréchal Célestin : 200 salariés sur le site valognais

L’entreprise Lemaréchal Célestin est implantée depuis quelques années dans l’espace d’activités d’Armanville, près du terminal ferroviaire Areva Elle vient d’inaugurer […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Villons-les-Buissons. La coopérative linière investit 2 millions d’euros

Implantée depuis cinquante ans à Villons-les-Buissons, la coopérative linière du nord de Caen est spécialisée dans la production de en […]

3 juil 2019 à 01:00