Bohin ne veut pas lâcher ses aiguilles

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles Aucune note attibuée

Près de l’Aigle, la petite usine de Saint-Sulpice-sur-Risle est le dernier fabricant d’aiguilles à coudre en France L’histoire. Le jeune Benjamin Bohin, inventif, curieux et entreprenant, décide en 1860, une diversification dans la fabrication des aiguilles. L’aventure industrielle peut commencer. Très vite il rachète l’ensemble des productions de la région de L’Aigle.  » Bohin comptera jusqu’à cinq usines le long de la rivière de la Risle », note Didier Vrac, aujourd’hui à la tête de l’entreprise. Cinq générations vont ensuite se succéder, mais le déclin de la couture et de la confection sonne le glas de l’entreprise, qui en 1997, connaît dépôt de bilan et liquidation. Salarié de l’entreprise depuis 1990, Didier Vrac a néanmoins travaillé sur le cas Bohin,  » pour que l’entreprise renaisse », avec douze praticiens dans le cadre de l’Institut français de gestion. Au tribunal, son offre l’emporte. Si les 600 salariés des belles années ne sont plus là, l’entreprise fabrique toujours avec un effectif de… 40 personnes. Si le cœur de métier de l’entreprise reste les aiguilles et autres épingles, dernière production française, le catalogue Bohin s’est mis à grossir.  » Nous avons aujourd’hui 4 500 références avec tous nos produits pour la couture et les loisirs créatifs ». L’entreprise ne produit pas tout, mais distribue à la fois sous son nom et sous marque de distributeur.  » On garde le pointu du pointu, ce qui donne de l’emploi aux 25 salariés des ateliers ». Il y a dix-huit mois Bohin a repris la dernière fabrique réputée en France de ciseaux, notamment de tailleurs, l’usine Dussaussay à Nogent (Haute-Marne). Avec un chiffre d’affaires de 4 millions d’euros, Bohin vend aussi à l’export (pour 20%),  » grâce au marché des Etats-Unis ». Même cachée à l’abri des grands axes, au cœur d’un petit village de l’Orne, l’entreprise va quand même connaître la médiatisation. L’ouverture au public s’impose et l’idée d’un musée fait son chemin. L’ouverture de la Manufacture Bohin est prévue pour mars 2014. Ainsi la partie des vieux bâtiments à l’abandon, rénovés et adaptés à l’accueil du public (jusqu’à 30 000 visiteurs), va reprendre vie. http://www.bohin.fr/index.asp
Les Echos, 18 juillet 2012, Philippe Legueltel

Retrouvez aussi dans cette rubrique

Aucune photo disponible Aéroport : de la maintenance s’arrime à Carpiquet

C’est l’un des projets détaillés par la Chambre de commerce et d’industrie de Caen Normandie En décembre, l’agglomération Caen la […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Blanchet : l’emballage bois renaît de ses cendres

Le 20 avril, un incendie a ravagé le stock de l’entreprise Blanchet à Avranches, leader national de l’emballage en peuplier […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Caen. Mutual Logistics accélère son développement avec l’acquisition de la société Logismark

Mutual Logistics accélère son développement et, s’affirme l’un des leaders de la mutualisation logistique en France avec la reprise des […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible Inteva Products développe sa recherche à Esson

La communauté de communes de la Suisse Normande soutient le pôle recherche Acteur majeur de l’industrie automobile, Inteva Products a […]

3 juil 2019 à 01:00

Aucune photo disponible La Galette d’Alençon goûte au succès

L’usine alençonnaise, située rue de Verdun, tourne bien : elle fabrique 50 000 crêpes et galettes par semaine Exit les […]

3 juil 2019 à 01:00